La part des flammes Gaëlle Nohant

Mai 1897. Pendant trois jours, le Tout-Paris se presse rue Jean-Goujon à la plus mondaine des ventes de charité. Les regards convergent vers le comptoir n° 4, tenu par la charismatique duchesse d’Alençon.

Au mépris du qu’en-dira-t-on, la princesse de Bavière a accordé le privilège de l’assister à Violaine de Raezal, ravissante veuve à la réputation sulfureuse, et à Constance d’Estingel, qui vient de rompre brutalement ses fiançailles.

Dans un monde d’une politesse exquise qui vous assassine sur l’autel des convenances, la bonté de Sophie d’Alençon leur permettra-t-elle d’échapper au scandale ? Mues par un même désir de rédemption, ces trois rebelles verront leurs destins scellés lors de l’incendie du Bazar de la Charité.

Enlèvement, duel, dévotion, La Part des flammes nous plonge dans le Paris de la fin du xixe au cœur d’une histoire follement romanesque qui allie avec subtilité émotion et gravité.

Mon avis: très bon livre j'ai adoré même si il contient quelque longueurs, on voit une duchesse prendre sous son aile 2 personnes que la plupart des gens rejette et elle vont réussir à se faire accepter après le drame de l'incendie du bazar de la charité dont elle sont parmi les quelques victimes survivantes, j'ai beaucoup aimé surtout que je me suis

intéresser à ce drame qui est bien réel survenu le 4 mai 1987 et qui a fait plus d'une centaine de victime presque toute des femmes de la haute société et beaucoup de jeunes filles de bonne familles riches à tel point qu'après ce drame il manquait plusieurs jeune fille à marier dans les bals ce qui a ouvert le champ libre des bon partis aux jeunes filles restante qui n'aurai peut être pas eu leur chance!